Collation l'cole

La circulaire n°2003-210 du 1er décembre 2003 a précisé les orientations de la politique de santé en faveur des élèves dans le cadre d'un programme quinquennal de prévention et d'éducation.

L'un des axes prioritaires de ce programme concerne l'éducation à la nutrition et la prévention des problèmes de surpoids et d'obésité.

Il apparaît qu'aujourd'hui 16 % des enfants d'âge scolaire sont en surpoids ou en obésité (enquête nationale de la DREES et MJENR). En 1980 il y en avait 5 %.

Nous devons nous interroger sur ce phénomène et nous en inquiéter. Si la collation accordée aux 2-5 ans n'est pas la cause première, cette évolution sensible y contribue. Les petits gâteaux picorés dans la matinée, la multiplication des prises d'aliments, le manque d'équilibre alimentaire nuisent à terme à la santé des jeunes.

Il n'est pas raisonnable de supprimer totalement la collation du matin en maternelle mais elle peut être redéfinie pour devenir un réel temps d'éducation à la nutrition.

Vous voudrez bien substituer au lait, barres chocolatées, biscuits, viennoiseries, sodas et aliments fournis par les familles des aliments plus adaptés :

  • tranches de pain, confiture - barre de chocolat - fromage (petite portion)
  • fruits sous toutes leurs formes : entiers, en tranches, sous forme de compote et de jus de fruits...
  • eau (sans sirop).
  • Eviter de placer le temps de collation dans le courant de la matinée mais utiliser le temps de la demi-heure qui suit le début des cours (9h15 - 9h30) afin de ne pas perturber le repas de midi.
  • Faire de ce temps un temps non seulement éducatif mais aussi pédagogique (apprendre à partager, à identifier les aliments qui favorisent la croissance sans danger...).
  • Organiser la collation dans la classe pour qu'il y ait une réelle équité entre enfants : rien n'est pire que de voir un enfant qui n'a presque rien et un autre qui a trop de goûter fourni par la famille.

Pour ne pas multiplier davantage encore les prises alimentaires, les anniversaires, moments de convivialité à maintenir, les regrouper en 1 à 2 fois dans le mois.

Il semble, en outre, que la collation, jadis réservée aux enfants des écoles maternelles, soit maintenant, de fait, présente aussi dans les écoles élémentaires sous la forme de goûters sous cellophane fournis par les familles. Certains enfants ont même dans leur poche ou leur cartable un goûter pour chaque demi-journée. Ce phénomène va dans le sens de la suralimentation et peut être cause de surpoids.

Il conviendra donc, partout où cela sera possible (conseil d'école, réunion de parents) d'informer les familles sur les risques encourus par une mauvaise alimentation et de les associer à cette prévention de l'obésité ainsi qu'à l'éducation à la nutrition.

Une concertation étroite avec chaque famille permettra d'harmoniser les différentes prises alimentaires en fonction des contraintes (lever tôt, transports...) et du rythme de chaque enfant (environnement socio-économique et culturel, rythme biologique).

Les personnels de santé de l'éducation nationale et des partenaires extérieurs compétents dans ce domaine pourront apporter leur concours aux actions d'information que vous conduirez au niveau de chaque école.

Une concertation avec les collectivités locales (fourniture des denrées de collation et prise en charge péri-scolaire des enfants) sera établie. Elle visera à développer la cohérence des actions d'éducation à la nutrition, de faire découvrir aux enfants les saveurs et la nature des aliments.

Des projets (classes à PAC), des actions sont déjà engagés dans ce sens, dans certaines écoles. Il sera bienvenu de les mettre en cohérence avec les attentes ministérielles et avec les actions péri-scolaires.

Des actions de repérage et de prévention des problèmes de surpoids sont développées. Des outils de dépistage ont été mis à la disposition des médecins et infirmières de l'éducation nationale afin d'être utilisés lors des bilans de santé. Une information et des conseils pourront être prodigués aux familles concernées ainsi qu'une prise en charge éventuelle de l'enfant par un réseau de soin.

La question de la collation à l'école s'inscrit dans une approche éducative globale contribuant à un enjeu majeur de santé publique. Chaque enseignant doit se sentir concerné par cette réflexion et cette action qui vise à améliorer l'état nutritionnel, dans l'intérêt des élèves et des futurs adultes.

 
 
Direction des services départementaux de l'éducation nationale du Gers
10 place Jean David
32000 Auch
Tél. +33 (0)5 67 76 51 32
Fax +33 (0)5 67 76 51 97
Horaires d'ouverture au public :
du lundi au vendredi : 8h30-12h00 et 13h30-17h00